Promotion de la santé

Longtemps, les approches préconisées par les professionnels de la santé se sont limitées à traiter les problèmes de santé une fois qu’ils étaient apparus. Puis, progressivement, des interventions visant à prévenir l’apparition des maladies ont été développées, comme la vaccination ou l’assainissement de l’eau. Ce n’est qu’en 1986 que l’Organisation mondiale de la santé a officiellement proposé une nouvelle approche visant à améliorer la santé des populations, plutôt qu’à traiter ou à prévenir la maladie : la promotion de la santé. Cette approche se définit comme le «processus qui confère aux populations les moyens d’assurer un plus grand contrôle sur leur propre santé, et d’améliorer celle-ci» (Charte d’Ottawa, 1986). Selon cette perspective, la santé est «perçue comme une ressource de la vie quotidienne, et non comme le but de la vie; il s’agit d’un concept positif mettant en valeur les ressources sociales et individuelles, ainsi que les capacités physiques. Ainsi donc, la promotion de la santé ne relève pas seulement du secteur sanitaire : elle dépasse les modes de vie sains pour viser le bien-être» (Charte d’Ottawa, 1986).

La promotion de la santé ne vise pas uniquement à modifier les comportements des individus, mais plutôt à créer des environnements favorables à la santé, à renforcer la participation des citoyens  aux prises de décision en matière de santé, à encourager la solidarité sociale, l’entraide et l’amélioration des conditions de vie des populations. La promotion de la santé est l’affaire de tous les secteurs, pas uniquement de celui de la santé. Le milieu de l’éducation, le monde du travail, la municipalité, le milieu communautaire, tous doivent travailler de concert afin de réduire les inégalités sociales de santé. Promouvoir la santé, c’est faire en sorte que tous et chacun puisse se développer à son plein potentiel et mener une vie active et heureuse. 

 

Pour en savoir plus :