Explorer : À la recherche de pratiques innovantes

Logo Explorer 02 mini

Pourquoi faire cette étude?

Le CIUSSS de l’Est-de-l’île-de-Montréal s’est récemment doté d’une équipe interdisciplinaire l’équipe «Interventions brèves, Autogestion, Transition», afin d’offrir des services de première ligne accessibles (très peu de délais d’attente) à des personnes présentant des troubles anxieux ou dépressifs d’intensité légère à modérée. Des ateliers d’autogestion de groupe de 10 semaines font partie de leur l’offre de services (l’un portant sur la dépression et l’autre sur l’anxiété). Ces ateliers ont été développés par l’organisme Revivre selon une méthodologie rigoureuse impliquant des entrevues auprès des participants et une validation par un comité d’experts. L’atelier sur la dépression a fait l’objet d’une première étude pilote fournissant des données prometteuses quant à son efficacité (Houle et al., 2016), ce qui converge avec l’état des connaissances dans le domaine (Houle et al., 2013).

Les ateliers de groupe sont en mesure de combler plusieurs besoins « communs » à un grand nombre d’usagers, mais la plupart d’entre eux présentent également des problématiques particulières nécessitant un suivi individuel (ex. violence conjugale, trouble alimentaire, abus de substance). Conséquemment, les professionnels de l’équipe « Interventions brèves, autogestion et transition » offrent des rencontres individuelles aux usagers selon les besoins rencontrés, en plus des ateliers de groupe.

N’ayant aucune ligne directrice à laquelle se référer, l’offre de rencontres individuelles (nombre de rencontres, moment des rencontres, problématiques abordées lors des rencontres) varie beaucoup en fonction du professionnel impliqué et des caractéristiques des usagers. Il est nécessaire de documenter d’une manière plus systématique l’offre de services de première ligne offerte par les intervenants de l’équipe « Interventions brèves, autogestion et transition », ainsi que la perspective des usagers sur la qualité de services reçus, et ce, afin de permettre aux gestionnaires et aux cliniciens du CIUSSS de l’Est-de-l’Île-de-Montréal de prendre des décisions éclairées et de formaliser une offre de services adaptée aux besoins de la clientèle.

 

Les objectifs et la méthodologie

L’étude pilote Explorer : À la recherche de pratiques innovantes a pour but de connaître la perspective des professionnels et des personnes utilisatrices de services quant à l’apport respectif des ateliers d’autogestion de groupe et des rencontres individuelles de suivi dans un contexte de services de première ligne en santé mentale. Elle comporte trois volets qui ont des objectifs distincts:

 

Volet A : Professionnels. Les professionnels de l’équipe «Interventions brèves, autogestion et transition» seront invités à compléter de manière systématique une grille afin de décrire tous les épisodes de soins au cours desquels il y a eu une offre à la fois de rencontres individuelles et de rencontres de groupe pendant une période de neuf mois. Les objectifs poursuivis sont de : 1) dresser le portrait des personnes qui reçoivent un suivi individuel en complément aux ateliers de groupe; 2) décrire la nature du suivi individuel offert (nombre, moment des rencontres, problématiques abordées); et 3) documenter les retombées perçues de chacune des modalités d’intervention.

 

Volet B : Personnes utilisatrices de services. Une trentaine de personnes ayant participé aux ateliers d’autogestion de groupe offerts par le CIUSSS de l’Est-de-l’île-de-Montréal seront invités à participer à un entretien téléphonique semi-structuré, huit semaines après la fin de cet atelier. Ces entretiens auront pour objectifs de : 1) connaître leur appréciation des services reçus ; 2) décrire les effets perçus respectifs de chacune des modalités d’intervention ; et 3) identifier des améliorations à apporter aux services de première ligne offerts par le CIUSSS de l’Est-de-l’île-de-Montréal.

 

Volet C : Croisement des savoirs. Un comité de recherche local composé de trois professionnels de l’équipe «Interventions brèves, autogestion et transition» et de trois personnes ayant déjà utilisé les services du CIUSSS de l’Est-de-l’île-de-Montréal sera constitué afin de : 1) finaliser les instruments de mesure et la méthode de recherche; 2) interpréter les résultats obtenus ; et 3) dégager des orientations préliminaires au sujet de l’utilisation d’un suivi individuel en complément aux ateliers de groupe. Le projet Explorer s’appuie sur une reconnaissance de trois types de savoirs dans le champ de la santé mentale: scientifiques (détenus par les chercheurs), professionnels (détenus par les décideurs et les intervenants) et expérientiels (détenus par les personnes directement concernées par le problème). Lorsque ces trois formes de savoirs se croisent, à travers des échanges basés sur le respect et la confiance mutuelle, de nouvelles connaissances utiles à l’amélioration des pratiques professionnelles et des politiques publiques sont produites (Ferrand, 2008). Le présent projet accorde donc une place importante aux personnes en rétablissement d’un problème de santé mentale, tant comme pairs chercheurs que comme participants.

 

Les résultats attendus

Cette étude pilote permettra d’avoir des retombées positives pour le CIUSSS de l’Est-de-l’île-de-Montréal qui aura une meilleure compréhension des raisons cliniques qui conduisent les professionnels à recommander des suivis individuels en plus des ateliers de groupe, en plus de leur perception des retombées respectives des suivis individuels et des ateliers de groupe et du profil des usagers qui reçoivent ces deux modalités d’intervention. Cette connaissance sera utile à l’ensemble de l’équipe afin de se doter de balises communes pour l’avenir et prendre des décisions cliniques plus éclairées. L’équipe aura également une meilleure connaissance de l’expérience de soins d’une trentaine de leurs usagers, ce qui pourrait l’orienter sur des améliorations concrètes à apporter à leurs pratiques. Les trois rencontres de croisement des savoirs pourront également avoir des répercussions intéressantes pour les professionnels qui y participeront, car un échange direct avec d’anciens usagers est généralement riche en enseignement.

Le Centre national d’excellence en santé mentale (CNESM), collaborateur dans ce projet, est très intéressé à connaître les résultats de cette étude. En effet, très peu d’études sont menées actuellement au Québec en première ligne. Le CNESM ayant pour mandat de faire du transfert de connaissances et de guider les équipes partout à travers la province dans le déploiement d’une offre de services optimale en première ligne, il  pourra utiliser les résultats de cette étude pour éclairer les autres CIUSSS/CISSS sur les éléments à considérer lorsqu’on combine les ateliers de groupe à des suivis individuels. Les discours des personnes utilisatrices de services, de même que la contribution des pairs chercheurs pourraient également éclairer le CNESM sur des réalités méconnues et peu documentées jusqu’à présent. Cela pourrait également indiquer des avenues de recherche prometteuses pour le futur.

Enfin, sur le plan de l’avancement des connaissances scientifiques, cette étude pilote permettra de contribuer à mieux comprendre l’expérience de soins des personnes souffrant de troubles anxieux ou dépressifs, les caractéristiques des services qu’elles considèrent utiles et importants, mais également ce qui nuit à leur rétablissement ou à l’obtention de soins optimaux, selon leur perspective. Ces aspects sont peu documentés dans la littérature scientifique. En outre, cette étude permettra d’ajouter au corpus émergent de connaissances sur les approches de croisement des savoirs.