Je vais mieux!

RetablissementPetit

Pourquoi faire cette étude ?

Le rétablissement est l’un des principaux principes de l’organisation des soins en santé mentale au pays. Le processus de rétablissement implique que les personnes atteintes de troubles mentaux développent du pouvoir d’agir et des stratégies d’autogestion, afin de diminuer les symptômes de la maladie. Jusqu’à présent, le processus de rétablissement a principalement été étudié auprès de personnes atteintes de troubles mentaux sévères et persistants comme la schizophrénie. Nous connaissons mal le processus de rétablissement des personnes atteintes de troubles dépressifs, anxieux ou bipolaires qui doivent faire face à des symptômes, à des impacts fonctionnels et à des préjugés différents de ceux que rencontrent les personnes schizophrènes. L’utilisation de stratégies d’autogestion efficaces est essentielle pour gérer sa santé mentale au quotidien et prévenir les rechutes. Toutefois, aucun instrument de mesure valide n’est disponible, de sorte que l’influence précise de ces stratégies sur le rétablissement a été peu examinée de manière empirique. Il est crucial de mieux comprendre l’expérience du rétablissement des troubles mentaux courants, afin de soutenir le développement d’interventions adaptées aux besoins particuliers de ces populations. 

 

Les objectifs

L’étude proposée vise à mieux comprendre les facteurs qui favorisent ou qui entravent le processus de rétablissement des personnes atteintes de troubles anxieux, dépressifs ou bipolaires.

Plus spécifiquement, elle vise l’atteinte de cinq objectifs :

1) explorer la diversité des stratégies d’autogestion utilisées par les personnes atteintes de ces troubles au cours de leur processus de rétablissement;

2) identifier les facteurs individuels et environnementaux sur le processus de rétablissement;

3) explorer les différences dans le processus de rétablissement selon le trouble mental, le genre, le milieu urbain/rural et le statut socioéconomique;

4) construire et valider un instrument de mesure des stratégies d’autogestion en santé mentale.

La méthodologie

La recherche (phase A) sera réalisée auprès de 64 personnes atteintes de troubles dépressifs, anxieux ou bipolaires, afin de recueillir le matériel nécessaire à la création d’un instrument de mesure des stratégies d’autogestion. Au cours de la seconde phase (phase B), un questionnaire des stratégies d’autogestion des troubles mentaux sera développé à partir des résultats de la phase A. Afin de s'assurer de la validité du questonnaire, celui-ci sera révisé par un comité d'experts (incluant des personnes atteintes de troubles mentaux) qui vérifiera la clarté, la pertinence et la consision des questions à choix de réponse.

 

 Pour en savoir plus sur les critères d'inclusion et les conditions de participation, cliquez ici.