Étude pilote d’évaluation de l’acceptabilité et de l’efficacité potentielle de l’Atelier d’autogestion de la dépression de Revivre

Default

Pourquoi faire cette étude?

La dépression majeure est le trouble mental le plus répandu au Canada : 5 % des femmes et 3 % des hommes en souffrent chaque année, et plus d’une personne sur dix (12 %) en souffrira au cours de sa vie. Par ailleurs, l’Organisation mondiale de la santé prévoit que dès 2020 la dépression majeure deviendra la première cause d’invalidité dans les pays industrialisés. La dépression a non seulement des impacts négatifs importants sur la qualité de vie des personnes qui en sont atteintes, elle entraîne aussi des coûts considérables pour la société dans son ensemble en termes de perte de productivité, d’absentéisme au travail et de recours plus fréquent aux services de santé. La dépression se caractérise enfin par une forte récurrence : plus de la moitié (58 %) des personnes vivront un nouvel épisode de dépression majeure dans les cinq années suivant leur rémission, alors que cette proportion atteint 85 % au cours des dix années suivantes. Longtemps envisagée comme un trouble transitoire, la dépression est désormais considérée comme une maladie chronique par les experts.

L’autogestion est une composante essentielle à la prise en charge des maladies chroniques. Aussi, le soutien à l’autogestion est considéré comme un élément central du traitement optimal de la dépression en première ligne. Celle-ci implique que les personnes atteintes acquièrent les connaissances et les compétences nécessaires au contrôle de leur maladie et au développement d’un pouvoir d’agir sur leur santé à long terme. Cependant, peu d’interventions de soutien à l’autogestion de la dépression ont été évaluées jusqu’à présent. Afin de pouvoir offrir à la population souffrant de dépression des interventions efficaces de soutien à l’autogestion en première ligne, il est nécessaire d’évaluer des programmes prometteurs comme l’Atelier d’autogestion de la dépression (AAD) développé par l’organisme communautaire Revivre. Offerte à la clientèle de Revivre depuis 2009, l’AAD est une intervention de groupe d’une durée de dix semaines.

Les objectifs

L’étude visait à déterminer l’acceptabilité de l’Atelier d’autogestion de la dépression (AAD) pour une clientèle de première ligne souffrant de dépression et à faire une première estimation de son efficacité. Il s’agit d’une première étape exploratoire qui nous a permis de :

  • Documenter les taux de satisfaction, de participation et d’attrition (perte de candidats au fil du temps) à l’intervention;
  • Examiner l’efficacité potentielle de l’intervention;

Par ailleurs, cette étude a également permis de vérifier certaines hypothèses :

  • Les patients qui auront participé à l’AAD démontreront une amélioration significative de leurs symptômes dépressifs entre le début et la fin de l’intervention;
  • Les changements dans les symptômes dépressifs et le niveau de fonctionnement seront maintenus quatre mois après la fin de l’intervention.
  • Les connaissances au sujet de la dépression, le sentiment d’auto-efficacité et les comportements d’autogestion sont des variables expliquant l’effet de l’AAD sur les symptômes de dépression.

Méthodologie

L’étude s'est déroulée en deux volets. Dans le premier volet, 46 participants répartis entre quatre groupes ont été recrutés pour participer à l’Atelier d’autogestion de la dépression. Les participants ont été recrutés par des annonces dans les journaux, des affiches au CHUM, à Revivre et dans les CSSS partenaires, ainsi que par les intervenants des CSSS qui ont remis aux participants potentiels un dépliant d’information.

Après une préentrevue de sélection par téléphone, les personnes satisfaisant aux critères d’admissibilité à l’étude (être âgé de 18 ans et plus, avoir vécu un épisode de dépression majeure au cours des deux dernières années, répondre aux critères minimaux d’une dépression légère et être capable de parler français) ont été invitées, dans les deux semaines précédant le début de l’intervention, à une évaluation en face à face d’une durée maximale de deux heures avec un agent de recherche. Puis, de manière téléphonique, la symptomatologie des candidats a été évaluée à trois reprises par une psychologue : avant le début de la première séance, à la fin de la 10e séance et quatre mois après la fin de l’atelier, soit six mois après leur entrée dans l’étude. Également, après chaque séance les participants durent remplir un court questionnaire visant à évaluer leur progression dans l’AAD. Enfin, tous les participants ont été invités à nous accorder une entrevue téléphonique semi-structurée dans les deux semaines suivant la fin de l’AAD afin d’évaluer leur appréciation globale de l’atelier

Une entrevue de groupe a été réalisée avec les animateurs après la fin du dernier atelier pour bien documenter la faisabilité de l’intervention, la qualité de son déroulement et les pistes d’amélioration possibles. 

Résumé vulgarisé

Pour lire le résumé vulgarisé des principaux résultats de l'étude, consultez la pages des publications.

Procédure d'inscription à l'Atelier d'autogestion de Revivre

Pour consulter la procédure d'inscription à l'Atelier d'autogestion de Revivre pour l'hiver 2015, cliquez ici.