Aller mieux à ma façon jeunesse

Soutenir l’autogestion de la dépression et de l’anxiété auprès des jeunes de 12 à 18 ans

 

Présentation

Pourquoi faire cette étude ?

La moitié des troubles mentaux apparaissent avant l’âge de 14 ans. Les troubles anxieux et dépressifs sont parmi les troubles mentaux les plus répandus chez les jeunes. En plus des traitements pharmacologiques et psychothérapeutiques efficaces pour traiter ces troubles mentaux, il s’avère essentiel de soutenir le développement du pouvoir d’agir des jeunes touchés par la dépression et l’anxiété afin qu’ils puissent jouer un rôle actif dans leur rétablissement. En effet, la dépression et l’anxiété sont des problèmes de santé mentale récurrents qui requièrent, de la part des personnes qui en souffrent, le développement de comportements d’autogestion qui les aideront à diminuer les symptômes, à prévenir la rechute et à améliorer leur bien-être au quotidien.

Cependant, il existe peu de recherche concernant le rétablissement en santé mentale ou la santé mentale positive des jeunes. Bien que quelques études aient permis d’explorer l’expérience de rétablissement en santé mentale de jeunes, à notre connaissance, aucune étude n’a été menée pour documenter les stratégies d’autogestion qu’ils utilisaient. Cette lacune dans les connaissances fait en sorte que les difficultés de santé mentale des jeunes sont généralement adressées en s’appuyant sur les données d’études ayant été effectuées auprès d’adultes.

Développé à partir de données empiriques, l’outil Aller mieux à ma façon vise à soutenir les personnes vivant des difficultés liées à la dépression et à l’anxiété dans le développement d’un plan d’autogestion personnalisé. L’outil Aller mieux à ma façon a toutefois été conçu uniquement à partir du savoir expérientiel de personnes adultes. Les rares études sur le rétablissement chez les jeunes soulignent à la fois des similitudes avec les conceptions existantes chez les adultes (ex. importance de l’espoir et de la reprise de pouvoir), ainsi que des distinctions (ex. accent sur l’interaction avec l’environnement, et importance du développement identitaire). Il est conséquemment fort probable que des adaptations soient nécessaires pour les jeunes de 12 à 18 ans.

La participation active des jeunes dans le développement des services qui leur sont destinés permet de s’assurer que ces derniers soient adaptés à leurs besoins spécifiques. L’implication de personnes utilisatrices de services comme partenaires à part entière dans la conception et la réalisation des recherches demeure encore marginale au Québec, bien qu’il y ait un mouvement en ce sens. Une revue systématique récente a montré que cette implication avait des effets bénéfiques sur les personnes elles-mêmes, tels que l’augmentation de leur pouvoir d’agir et de leur confiance à s’exprimer dans un groupe, ainsi que sur les chercheurs, dont une meilleure compréhension du phénomène à l’étude. À l’instar de la version adulte d’Aller mieux à ma façon, nous développons actuellement la version jeunesse à l’aide d’une méthode de croisement des savoirs qui permet à des jeunes en rétablissement de difficultés liées à la dépression ou l’anxiété d’être partie prenante de l’ensemble des décisions.

 

Les objectifs

Le projet Aller mieux à ma façon jeunesse vise à :

  1. Connaître les stratégies d’autogestion utilisées par les jeunes de 12 à 18 ans pour se rétablir de difficultés liées à la dépression ou à l’anxiété;
  2. Développer une version de l’outil Aller mieux à ma façon qui soit adaptée aux jeunes de 12 à 18 ans;
  3. Développer une section jeunesse dans le site www.allermieuxamafacon.ca dans laquelle il y aura de nombreux témoignages inspirants de jeunes en rétablissement.

 

La méthodologie

Ce projet comporte deux volets :

  1. Le premier volet concerne le recrutement, la formation et la participation de jeunes pairs chercheurs à un comité de croisement des savoirs. Nous avons confié à des jeunes en rétablissement d’un problème de santé mentale (savoirs expérientiels) le rôle de « pairs chercheurs » dans ce projet. Les pairs chercheurs participent activement aux décisions concernant la méthodologie de l’étude, l’interprétation et la diffusion des résultats.
  2. Le second volet consiste en une étude qualitative transversale. Cette étude vise à faire des entretiens auprès de 50 jeunes séparés en deux groupes, l’un âgé de 12 à 14 ans (n = 25), et l’autre âgé de 15 à 18 ans (n = 25). Cette collecte de données permettra, dans un premier temps, d’identifier les stratégies d’autogestion utilisées par les jeunes pour se rétablir, puis d’obtenir des suggestions d’adaptation pour l’outil papier et le site web. Nous vérifierons si les stratégies déjà proposées dans la version adulte de l’outil sont également mentionnées par les jeunes et nous porterons une attention particulière aux nouvelles stratégies qui émaneront des entretiens. Les résultats de cette collecte de données seront utilisés afin de produire les nouveaux contenus.

 

Résultats attendus

Cette étude permettra :

  1. De contribuer à mieux comprendre les stratégies utilisées par les jeunes qui ont eu des difficultés liées à la dépression ou à l’anxiété pour se rétablir et prendre soin de leur santé mentale au quotidien;
  2. De faire avancer les connaissances émergentes sur les approches de croisement des savoirs;
  3. De produire une version jeunesse à l’outil Aller mieux à ma façon.

 

État d’avancement des travaux

Les pairs-chercheurs ont reçu une formation de groupe afin de leur permettre de se familiariser avec le projet et l’approche de croisement des savoirs ainsi que d’apprivoiser les thèmes associés à la recherche (considérations éthiques, recherche participative, analyses). Trois rencontres de croisement des savoirs ont eu lieu au printemps 2019, à l’automne 2019 et en février 2020 avec l’équipe de co-chercheurs.

Les participants ont été recrutés au cours de l’été 2019 par le biais de présentations dans des organismes communautaires fréquentés par les jeunes (ex. Maisons des jeunes, YMCA) dans la région de Montréal et également dans les banlieues nord et sud, ainsi que par les réseaux sociaux. Quarante-neuf entrevues ont été réalisées avec des adolescents âgés de 12 à 18 ans. Au cours des entretiens individuels en face à face d’une durée de 30 à 45 minutes, les jeunes nous ont partagé leurs stratégies pour aller mieux lorsqu’ils se sentent tristes, stressés ou anxieux. La collecte de données est maintenant complétée et l’analyse des données est actuellement en cours.

 

Publications

Publications à venir!

Vous pouvez néanmoins obtenir une copie électronique et gratuite de l’outil Aller mieux à ma façon (version adulte) en allant sur le site allermieuxamafacon.ca.

 

Équipe de recherche

Chercheure principale

Janie Houle
Ph. D., Professeure, Département de psychologie, Université du Québec à Montréal

 

Co-chercheurs

Réal Labelle
Ph. D., Professeur, Département de psychologie, UQAM, Chercheur, CR-IUSMM

Simon Coulombe
Ph. D., Professeur, Département de psychologie, Wilfrid Laurier University

Pierre H. Tremblay
M. D., Médecin pédopsychiatre, Direction régionale de santé publique de Montréal

Annie Beaudin
Pair chercheur sénior et pair aidante

Benjamin Mousseau
Pair chercheur sénior et pair aidant

 

Partenaire de la recherche

Michel Gilbert
Coordonnateur Centre national d’excellence en santé mentale

 

Coordination

Hélène Gaudreau
Ph. D., Vitalité – Laboratoire de reche rche sur la santé, UQAM

Stephanie Radziszewski
Doctorante, Vitalité – Laboratoire de recherche sur la santé, UQAM

 

Pairs chercheurs junior

  • 6 pairs chercheurs junior

 

Financement

Fondation Famille Godin, par l’intermédiaire de la Fondation de l’IUSMM