Savoirs partagés

Le recrutement pour Savoirs partagés est terminé.

 

Présentation

Pourquoi faire cette étude ?

Les troubles mentaux touchent directement un Canadien sur cinq. Les troubles anxieux et dépressifs sont parmi les troubles les plus fréquents dans la population générale. De plus, ils représentent une partie importante des demandes en 1re ligne, que ce soit dans les CLSC ou auprès des médecins de famille. Les changements du Plan d’action en santé mentale 2005-2010 du ministère de la Santé et des Services sociaux recommandent que 70 % des besoins en santé mentale adulte soient répondus en contexte de 1re ligne. Le ministère recommande de centrer plutôt les interventions en santé mentale sur les forces de la personne, sur son rétablissement, sur sa contribution à la démarche clinique, et sur les pratiques de soins de collaboration. C’est pourquoi notre équipe de recherche mène un projet pour mieux comprendre et évaluer les services offerts en 1re ligne pour les personnes vivant avec de l’anxiété ou de la dépression.

 

Les objectifs

Le but général de cette étude est de décrire la nature des nouvelles pratiques mises en place dans trois équipes SMA chez qui le virage proposé par le Plan d’action en santé mentale a déjà été effectué, et d’évaluer si leurs effets sont positifs et pérennes. La réponse à ces questions est cruciale afin de soutenir le déploiement des bonnes pratiques à l’échelle de la province et, au besoin, de les améliorer. Plus spécifiquement, l’étude poursuit huit objectifs :

  1. Décrire le modèle logique des interventions de courte durée offertes dans chacune des équipes SMA participantes;
  2. Évaluer les effets des interventions de courte durée sur le rétablissement clinique et personnel, sur l’autogestion et sur le pouvoir d’agir des usagers;
  3. Déterminer dans quelle mesure les usagers estiment recevoir des soins axés sur le rétablissement;
  4. Examiner la relation entre l’obtention de soins axés sur le rétablissement et l’amélioration de la symptomatologie, du rétablissement personnel, des comportements d’autogestion et du pouvoir d’agir des usagers;
  5. Documenter les perceptions des médecins de famille sur l’effet des interventions de courte durée sur le rétablissement de leurs patients et sur les informations transmises par le CLSC dans une perspective de soins en collaboration;
  6. Identifier les pratiques optimales à promouvoir dans les équipes SMA;
  7. Examiner de manière longitudinale l’expérience des pairs-chercheurs dans leur implication sur le comité de recherche;
  8. Documenter les processus et les variables contextuelles qui influencent l’expérience des pairs-chercheurs.

 

La méthodologie

Cette étude participative utilise un devis mixte (quantitatif et qualitatif) longitudinal et transversal en quatre volets :

  1. Le recrutement, la formation et l’accompagnement de l’implication de 12 pairs-chercheurs dans la recherche, ainsi que la documentation de leur expérience;
  2. La modélisation des interventions offertes par les trois équipes SMA en collaboration avec les gestionnaires, les professionnels et les pairs-chercheurs;
  3. L’évaluation de l’efficacité de ces interventions auprès de 120 usagers;
  4. L’appréciation des soins en collaboration entre les omnipraticiens et les équipes SMA.

Chacun des volets de la recherche est imbriqué dans le volet subséquent comme l’illustre le schéma suivant (à venir).

 

Les résultats attendus

Premièrement, les résultats obtenus dans le cadre de cette recherche contribueront à améliorer les pratiques des équipes SMA des CLSC ainsi que celles des autres intervenants en santé mentale ailleurs au Québec. Ultimement, nous espérons que cette étude, par le biais de l’amélioration des pratiques, contribuera à améliorer la qualité de vie des usagers en santé mentale.

Grâce à notre processus de recherche collaboratif et appliqué, les connaissances pratiques issues de l’étude seront rapidement transférées dans les milieux de soins, contribuant à l’amélioration concrète des services. Le processus de recherche participatif offrira une occasion pour les différents acteurs de réfléchir sur leurs actions et fournira un espace de prise de parole. Plus spécifiquement, la participation des pairs-chercheurs contribuera à augmenter leur pouvoir d’agir et leur confiance à s’exprimer dans un groupe. Nous espérons que cette collaboration encourage davantage l’intégration de pairs-chercheurs dans les prochaines études en santé mentale.

 

État d’avancement des travaux

La phase de Modélisation des interventions (volet 2) est maintenant complétée et le rapport faisant état des résultats obtenus a été lancé le 20 septembre 2018.

La collecte de données des volets 3 et 4 a débutée en février 2018.

 

Publications

Rapport de la Phase 1 – Modélisation des interventions

Houle, J., Lauzier-Jobin, F., & Radziszewski, S. (2018). Savoirs partagés. Perspectives croisées sur les interventions de courte durée offertes par les équipes de santé mentale adulte des CLSC. Montréal: Vitalité - Laboratoire de recherche sur la santé. Retrieved from https://vitalite.uqam.ca/wp-content/uploads/2019/11/2018_Houle-et-al_Savoirs-partagés_phase1_rapport.pdf

Voir aussi les faits saillants du rapport.

Communications

Houle, J., Radziszewski, S., & Lauzier-Jobin, F. (2018, March). Savoirs partagés : croiser les savoirs pour mieux évaluer les interventions de courte durée offertes en CLSC aux personnes souffrant de troubles anxieux ou dépressifs. Communication orale presented at the Colloque annuel du Département de psychologie de l’UQAM, Montréal. Retrieved from https://psychologie.uqam.ca/upload/files/Progamme_Colloque%202018.pdf
Lauzier-Jobin, F. (2018, March). L’importance du contexte dans le projet Savoirs partagés. Communication orale presented at the Colloque étudiant sur la recherche partenariale de la Chaire de recherche UQAM sur la méthodologie et l’épistémologie de la recherche partenariale, Montréal. Retrieved from https://chairerp.uqam.ca/fichier/document/Programme_colloque_%C3%A9tudiant_2018.pdf
Houle, J., & Lauzier-Jobin, F. (2017, mai). Savoirs partagés : étude sur les services de première ligne en santé mentale. Communication orale presented at the 85e Congrès de l’Association francophone pour le savoir (ACFAS), Montréal. Retrieved from https://www.acfas.ca/evenements/congres/programme/85/600/615/c?ancre=3191

 

Équipe de recherche

Chercheure principale

Janie Houle
Ph. D.Département de psychologie, Université du Québec à Montréal

 

Utilisateur de connaissances principal

Michel Gilbert
Coordonnateur
Centre national d’excellence en santé mentale (CNESM)

 

Pairs chercheurs

Michelle Audette
Johane Bergeron
Pierre Cardinal
Sarah Chbihi
Françoise Clavette
Lyse Cousineau
Alain Delisle
Claude Pascal Duquette
Abdelhafid Elmakdouni
Véronique Pelletier
Julie Tansey

 

Pairs chercheures senior

Annie Beaudin
Coordonnatrice, Pairs Aidants Réseau, AQRP

Julie Bordeleau
Codirectrice de l’Université du rétablissement / PIRAP

 

Professionnels des équipes SMA

Marie-Josée Boileau
Psychologue

Lyn Desrochers
Psychologue

Fabienne Espaignol
Psychologue

Louise Gallant
Psychologue

Carolyn Gohier
Travailleuse sociale

Céline Michel
Travailleuse sociale

Valérie Paradis
Psychologue

Julie Smart
Éducatrice spécialisée

Christine Vaillancourt
Psychologue

 

Gestionnaires des équipes SMA

Annie Arevian
Chef de programme, équipe SMA, CLSC Verdun

André Martin
Chef de programme, équipe SMA, CLSC des Faubourgs

Richard Krans
Chef de programme, équipe SMA, CLSC Richelieu-Yamaska

 

Co-chercheurs

Simon Coulombe
Professeur, Département de psychologie, Wilfrid Laurier University

Pasquale Roberge
Professeure, Département de médecine familiale et d’urgence, Université de Sherbrooke

Catherine Hudon
Professeure, Département de médecine familiale et d’urgence, Université de Sherbrooke

Hélène Provencher
Professeure, Faculté des sciences infirmières, Université Laval

Martin D. Provencher
Professeur, École de psychologie, Université Laval

Jean-François Pelletier
Professeur, Département de psychiatrie, Université de Montréal

 

Coordonnateur

François Lauzier-Jobin
Candidat au doctorat en psychologie communautaire, Université du Québec à Montréal

 

Personnel de recherche

Benoit Martel
Agent de recherche, Laboratoire Vitalité, Université du Québec à Montréal

Stéphanie Radziszewski
Candidate au doctorat en psychologie communautaire, Université du Québec à Montréal

 

Financement

Ce projet est financé conjointement par le ministère de la Santé et des Services sociaux du Québec, le CIUSSS Centre-Sud-de-l’île-de-Montréal, Lundbeck et le CISSS de la Montérégie-Est.